RETOURNER AUX INSPIRATIONS

Quand la mode
rencontre les lieux d'exception

La beauté, la créativité, le caractère ou l’avant-gardisme …tant de caractéristiques partagées par la mode et les lieux d’exception. Quand la mode rencontre l’architecture, quelle que soit l’occasion, le dialogue est mémorable.

Les liens entre la mode et l’architecture sont indéniables. Le premier s’inspire souvent du second pour créer des pièces iconiques et sublimes, comme l’a récemment démontré la robe Versace portée par l’actrice Blake Lively au Met Gala. Plus qu’une robe, cette pièce est une performance d’art rendant hommage à la Statue de la Liberté et l’architecture new-yorkaise.

 

La mode est un espace de créativité infini, mêlant savoir-faire, ingéniosité et innovation. En cela, elle trouve un écho dans des lieux d’exception, eux-mêmes chargés d’une histoire singulière. Quoi de mieux pour sublimer ces créations qu’un château, qu’une institution culturelle ou qu’une villa d’architecte ?

 

Le défilé d’adieu d’Yves Saint-Laurent au Centre Pompidou

 

En 2002, l’iconique Yves Saint-Laurent faisait ses adieux au monde de la mode. Pour accueillir ce dernier défilé et sublimer les plus créations emblématiques du célèbre couturier, quel lieu était plus adapté que le Centre Pompidou ? Depuis sa célèbre collection rendant hommage à Piet Mondrian en 1965, Yves Saint-Laurent n’a cessé de s’inspirer de l’art moderne et contemporain.

 

Se déroulant dans le Forum du Centre Pompidou, l’évènement était retransmis sur deux écrans géants sur la Piazza, la grande place en face du musée. Pour l’évènement, le Forum avait été intégralement transformé afin d’accueillir les quelques trois cents looks emblématiques de la carrière du créateur. Vingt ans plus tard, le Centre Pompidou a accueilli une exposition inédite dédiée au styliste et se déployant dans cinq autres musées parisiens.

 

Chanel et le Grand Palais, une histoire d’amour de longue date

 

Désormais indissociable des défilés de la Maison Chanel, le Grand Palais est un lieu emblématique de la capitale. Avec son beau volume intérieur, noyé d’une sublime lumière zénithale, c’est un lieu incroyable pour créer des scénographies mémorables.

 

Célèbre de par le monde pour sa verrière, véritable chef d’œuvre de métallurgie, le lieu accueille depuis des années de nombreux défilés de la Maison Chanel. Très attachée à cet édifice, la marque est d'ailleurs le principal mécène de sa restauration. Les défilés de Chanel au Grand Palais se démarquent par une scénographie impressionnante, digne des plus beaux décors de cinéma.Ces défilés sont si surprenants de créativité qu’ils font parties des plus attendus dans le monde pendant la Fashion Week parisienne. 

 

Un village recouvert de neige en plein Paris

 

Ce dernier défilé imaginé par Karl Lagerfeld a marqué les esprits, tant pour l’émotion palpable qui s’en dégageait que pour son incroyable scénographie. Qui pourrait croire, s’il était emmené ici les yeux bandés, qu’il se trouve en plein Paris au mois de mars ?

 

Pour présenter au public la dernière collection dessinée par Karl Lagerfeld, son équipe a mis en œuvre la dernière de ses plus belles et impressionnantes scénographies. Le défilé transporte le public dans un ailleurs féérique. Sous un magnifique manteau blanc, les mannequins défilent dans un décor alpin immaculé. Pour parfaire le décor, dix charmants chalets aux cheminées fumantes parsèment l’espace tandis que des arbres couverts de neige jalonnent ici et là le décor. Tout autour, un magnifique panorama vient renforcer l’illusion, délimitant une bulle hors-du-temps.

 

Dior pose ses valises au Palais Bulles de Pierre Cardin

 

Tout en rondeur et volupté, le Palais Bulles est un lieu atypique et unique en son genre. Située près deCannes, nichée dans les hauteurs de Théoule-sur-Mer, cette extravagante villa offre une vue imprenable sur l’une des plus belles côtes du monde. À la fois palais et sculpture, les rondeurs organiques de la maison rappellent étrangement celle de la maison des Barbapapa. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que son architecte, Antti Lovag, est le précurseur de la bob architecture et des Maisons Bulles, qui inspirèrent la maison de la série d’animation !

 

Le Palais Bulles est un lieu qui semble hors-du-temps, offrant un écrin insolite pour un moment suspendu. La Maison Dior y a posé ses valises en 2015 pour son défilé croisière 2016, sous la direction de Raf Simons. Avec sa couleur si particulière, le Palais Bulles met parfaitement en valeur la gamme chromatique de la collection présentée. Les mannequins défilent à l’intérieur et à l’extérieur de la villa, s’appropriant l’espace et jouant avec ses particularités. Les ouvertures rondes sur la façade sont comme des cadres, les mannequins devenant des figures artistiques.

 

Les jeunes créateurs s’emparent du Palais de Tokyo

 

Depuis plusieurs années, le Palais de Tokyo accueille les défilés des jeunes créateurs pendant la Fashion Week. En 2021, c’est le français Louis Gabriel Nouchi qui a investi l’esplanade du Palais de Tokyo. Sur un podium miroitant installé sur l’eau, le jeune créateur a dévoilé sa collection Printemps-Été 2022. Une collection lumineuse, déclinant des blancs éclatants, des écrus, des jaunes mais également de magnifiques tons bleus.

Le Palais de Tokyo est un écrin chargé d’histoire et d’une âme hautement artistique. Dédié à la création contemporaine, il s’agit du plus grand centre d’art en Europe. À l’instar de Louis Gabriel Nouchi, nombreux sont les jeunes créateurs qui ont fait leur premier pas en ce lieu, entre béton etSeine. La même année, le prodige nigérian Kenneth Ize y a également organisé son défilé Printemps-Été.

 

Céline défile au château de Chambord

 

Pour présenter sa collection homme Automne-Hiver 2021-2022, Céline a choisi le décor du château de Chambord. Plus précisément, la marque s’est installée sur les terrasses du château. Les mannequins ont défilé dans les coursives au niveau des toits et des cheminées en zinc et ardoise. Arborant des tons neutres, la garde-robe est constellée de références au vestiaire du Moyen-Âge et de la Renaissance. Une manière de faire un clin d’œil à l’histoire de ce lieu emblématique de la Vallée de la Loire.

Les châteaux sont des écrins très prisés des maisons de mode. En 2020, Chanel s’était installé au sein du sublime château de Chenonceau pour présenter son défilé Métiers d’Arts 2020-2021. Un écrin incroyable pour un défilé qui s’était déroulé sans public surplace à cause de la crise sanitaire. Pour l'évènement, les créations présentées pendant le défilé rendaient hommages aux femmes qui ont marqué l'histoire du château, surnommé "le Château des Dames".

La Maison Dior est également friande de châteaux, en l’occurrence le château de Versailles. Après avoir servi plusieurs fois de décor pour des spots publicitaires ou des courts-métrages mettant en avant l’identité de la marque, le château a récemment accueilli le défilé Automne-Hiver 2021-2022. Le défilés 'est déroulé dans la célèbre Galerie des Glaces, transformée en "Galerie des Ombres" par l'artiste Silvia Giambrone, une installation avec de grands miroirs opaques.

 

Les liens indéfectibles entre la mode et l'architecture

 

Sources d’inspiration, écrin pour des défilés mémorables ou décor de spot publicitaire, l’architecture et notamment les lieux d’exception entretiennent des liens forts avec la mode. La mode a besoin de lieux où s'exprimer.Les lieux d'exception apportent aux créateurs et créatrices de mode une scène insolite, à la hauteur de leur créativité.

 

Les défilés de mode sont toujours l'occasion pour les créateurs de mettre en avant leur originalité et de transcender leur créativité. En choisissant des lieux exceptionnels, chargés d'histoire ou d'une identité culturelle, les marques renforcent leurs identités. Lorsque la Maison Dior choisit Versailles pour ses spots publicitaires et son défilé, elle s'inscrit dans la grandeur et l'élégance qui émanent du château.

 

Organiser un défilé dans un lieu d'exception est un évènement bénéfique tant pour la marque à l'origine du défilé que pour l'édifice qui l'accueille. En effet, c'est un véritable coup de projecteur pour les deux entités, qui voient leurs publics se mélanger.