RETOURNER AUX INSPIRATIONS

Le bronze
à travers les époques

Reconnu pour sa résistance et sa durabilité, ainsi que sa ductilité, le bronze est utilisé dans de nombreux domaines. Célèbre en sculpture, il n’en est pas moins utilisé en architecture. Laissez-vous captiver par ce métal aux qualités extraordinaires !

Histoire du bronze

Poétiquement appelé « airain », le bronze est initialement le nom donné à tout alliage de cuivre. En effet,« airain » vient du mot latin « aeramen » qui signifie « travailler le cuivre ». Etant initialement un simple alliage de cuivre, le bronze existe depuis bien longtemps, ayant même donné son nom à une ère de l’histoire de l’humanité « l’âge du bronze » qui succède au Néolithique et précède « l’âge du fer ».

 

Durant l’âge du bronze, les alliages de cuivre sont principalement employés pour construire des armes, des protections de défense, divers outils ou encore des instruments de musique. A cette époque, la composition du bronze est modifiée plusieurs fois. D’abord on allie le cuivre à de l’arsenic qui augmente la brillance du métal. Ensuite, on allie le cuivre à de l’étain qui donne une meilleure résistance. Parfois, cet étain est remplacé par du plomb qui est une matière première plus répandue et plus simple à obtenir. Néanmoins, avec du plomb, le bronze se révèle moins résistant et plus cassant.

 

Aujourd’hui, le bronze est peu utilisé. On lui préfère en effet d’autres métaux. On l’emploi donc plutôt dans le domaine de l’art ou encore dans les industries mécaniques ou électriques, en tant que matériau de frottement.

 

Composition du bronze

 

Aujourd’hui, on désigne sous le nom de bronze les seuls alliages de cuivre et d’étain. Généralement, la recette est la suivante : environ 60 % de cuivre et de l’étain. Il est également possible d’ajouter :

-         De l’aluminium ;

-         Du plomb pour faciliter le façonnement du bronze en usine et créer des pièces de frottement ;

-         Du béryllium pour accroître la dureté du bronze ;

-         Du manganèse ;

-         Du tungstène ;

-         Du silicium ;

-         Du phosphore pour améliorer les qualités mécaniques du bronze ;

-         Du zinc pour favoriser la malléabilité et la coulabilité du bronze, etc. …

 

On distingue deux types de bronze :

-         Les bronzes ɑ qui contiennent au plus 16 % d’étain et qui sont employés pour le corroyage ;

-         Les bronzes ɑ + ɗ contenant plus de 16 % d’étain plus adaptés à la fonderie.

 

Le bronze d’art

 

Le bronze offre une bonne résistance et une excellente malléabilité. Par ailleurs, il n’est pas dépourvu de qualités esthétiques et résonne bien. Il est donc utilisé dans différents domaines artistiques : sculptures, objets industriels et art campanaire.

 

Sculptures en bronze

 

Le bronze a donné lieu à de nombreuses sculptures d’art. En effet, sa teinte brune et brillante est très appréciée esthétiquement. Par ailleurs, sa résistance à l’usure et à la corrosion n’est pas négligeable. Le bronze fût notamment fortement en vogue durant la Renaissance italienne. Donatello fût l’un des premiers à produire des sculptures en bronze dans une volonté d’imiter l’art antique. Pendant le maniérisme italien, le bronze est cependant délaissé au profit du marbre.

 

Aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle, c’est en France qu’il est le plus exploité mais, cette fois, en guise d’ornementation de mobilier d’art. Par la suite, le bronze s’adapte à l’époque industrielle.

 

Beaucoup de sculptures arborent une couleur vert clair. Cette couleur est due à l’oxydation naturelle du bronze. En effet, avec le temps, les sculptures ou tout autre objet en bronze dégagent de l’oxyde de cuivre également appelé « vert de gris ».

Traces de vert de gris sur une sculpture en bronze

Techniques de la sculpture en bronze

 

La technique initiale de la sculpture en bronze n’a guère changé depuis son invention durant le troisième millénaire avant Jésus-Christ. Une sculpture en bronze est forcément obtenue par une technique de fonte. Ainsi, ce n’est pas directement le bronze qui est sculpté contrairement aux sculptures en marbre, en pierre ou en bois. En effet, l’artiste sculpte un modèle original en terre réfractaire, en cire ou en plâtre puis réalise un moule grâce à cette première œuvre. Ensuite, il coule le bronze dans ce moule. Ce dernier, en durcissant, prend la forme du moule. Il ne reste alors plus qu’à lui appliquer des patines selon la finition souhaitée.

 

Exemples de sculptures en bronze

 

Les sculptures en bronze sont très nombreuses. Néanmoins onpeut en citer plusieurs :

-         La Louve du Capitole ;

-         Persée tenant la tête de Méduse de BenvenutoCellini (1545) ;

-         La Statue de la Liberté de New-York d’AugusteBartholdi (1886) ;

-         Le Penseur d’Auguste Rodin (1902), etc. …

La Louve du Capitole

 

Art campanaire

 

L’art campanaire désigne l’art et l’artisanat relatifs à la production des cloches. En effet, les cloches sont généralement construites en bronze. Cela est dû à l’extrêmement bonne capacité de résonnance de ce matériau mais également à sa dureté qui lui permet de résister aux violentes frappes du battant de la cloche. Comme pour les sculptures en bronze, les cloches sont coulées dans des moules.

 

Parmi les cloches en bronze les plus connues, on peut citer :

-         La Tsar Kolokol pesant 200 tonnes (1735) ;

-         La Cloche « Emmanuel » de laCathédrale de Paris (1681) ;

-         La Cloche du roi Seongdeok en Corée.

 

Cloche Tsar Kolokol

 

Le bronze en architecture

 

Etant assez résistant, notamment en termes d’usure et de corrosion, le bronze est souvent utilisé comme matériau de frottement contre l’acier. Par ailleurs, le bronze est un très bon conducteur électrique. Il peut donc être utilisé tel un matériau de construction. Même s’il n’occupe pas uneplace prépondérante dans l’histoire de l’architecture, certains architectes l’utilisent comme matériau de décoration ou d’ornementation. Par exemple, il peut servir à habiller des façades. D’autres architectes s’inspirent du bronze pour donner à leurs édifices un aspect métallique, légèrement brun-doré et brillant.

 

Les plus beaux édifices en bronze

 

A Shangaï, le Bund Finance Center hausse ses élégants tuyaux métalliques vers le ciel. En fait, le bâtiment s’inspire à la fois d’une harpe occidentale, d’une ancienne couronne chinoise ainsi que des rideaux des traditionnels théâtres chinois. Les tuyaux peuvent également faire penser à un grand orgue. Fait encore plus original, tout ce dispositif d’acier est mobile. Les tuyaux tournent ainsi autour du monument grâce à des rails et des moteurs électriques. L’ensemble du bâtiment est en bronze et en pierre ce qui donne une élégance particulière au bâtiment comme s’il était l’œuvre d’un véritable orfèvre.

 

Dans le quartier latin à Paris, le Musée de Cluny arbore désormais une nouvelle façade. Bien que celle-ci ne soit pas en bronze, elle cherche à l’imiter. Les panneaux mis en place en façade sont ainsi en fonte d’aluminium. Le matériau se révèle en effet plus économique, plus léger et malléable donc plus facile d’utilisation que le bronze pur. Pour obtenir l’aspect du bronze, chaque panneau est d’un ton légèrement différent que celui des autres. Par ailleurs, les panneaux ont des reliefs différents, soit pleins, soit creux, soit ajourés. Ainsi, le soleil peut jouer sur ces différents tons et reliefs. L’écrin du musée prend ainsi un aspect brun-orangé mordoré ressemblant de très près à l’esthétique du bronze.

 

Enfin, en Espagne, le Théâtre-Auditorium de la ville de Vícar est saisissant. Pour ce beau projet, les architectes ont eu recours au matériau Técu® Bronze de l’entreprise KME. Ce même matériau a été employé pour d’autres projets tels que pour Nova Construction Offices ou encore pour Granary Wharf.

 

Quant à la toiture de la Cathédrale de Notre-Dame de Chartres, il ne faut pas s’y méprendre, elle est bien en cuivre et non en bronze, malgré la couleur d’oxydation verte également caractéristique du bronze.